Suicide squad: Les cinglés sont de sortie

suicide squad afficheL’histoire

 

Depuis la mort de Superman, le gouvernement américain doit trouver impérativement une nouvelle garde rapprochée en cas de venue d’un être tout aussi puissant que l’homme d’acier. Intervient alors Amanda Waller, ancien agent secret, fondatrice de la Task force X (organisation secrète composée des plus grands criminels) décidant de réunir une équipe de crapules de la pire espèce.  Tenter de convaincre ses individus relevait de l’exploit surtout lorsque l’un d’entre eux l’a trahit rapidement et menace de prendre le contrôle de la Terre…

Fiche Technique

 

Réalisé par David Ayer (Training Day, End of watch)

Film Américain

Genre : Action, Fantastique

Durée : 2h17 environ

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

Sitôt quitté l’affrontement entre la chauve souris de Gotham City et l’homme d’acier de Métropolis que Dc comics nous sort un film que beaucoup attendaient avec impatience : Suicide Squad.  On met de coté nos super héros pour se concentrer cette fois sur un groupe de super vilains forcés de sauver le monde. Avec ce film, Dc Comics compte bien donner un nouveau souffle à ce genre de plus en plus (peut être trop) présent sur le grand écran. Mettez entre parenthèses batman et Superman, voici des anti-héros imprévisibles qui n’aiment pas trop coopérer avec les gentils. Retrouve-t-on le coté violent, choquant et sexy du comics ?

Les personnages principaux

 

deadshot willWill Smith (Floyd Lawton alias Deadshot) . Deadshot est un assassin, tireur d’élite qui ne rate jamais sa cible. L’acteur fait ce qu’il a toujours su faire : monopoliser la caméra. Au départ, si on se réfère encore aux comics, dans Suicide Squad, le personnage est loin d’être le meneur du groupe. L’acteur(ou le réalisateur ou les studios) en décidera autrement. Oui le personnage est cool mais il est  trop envahissant, écrasant presque les autres personnages,  et se permettant même de rendre gentil dès le départ son personnage de Deadshot afin de ne pas casser son image d’acteur.

harley margoMargot Robbie (Dr Harleen Quinzel alias Harley Quinn ) . Un comportement infantile, sûre d’elle, drôle, sexy, aguicheuse par moments, impitoyable, capable de passer d’une cinglée rigolote à cinglée sadique, chaque plan incluant Harley est un délice. A la fois drôle et attachante malgré elle, ce personnage qui était autrefois une psychiatre de l’asile d’Arkham  est l’élément numéro qui fait qu’on apprécie ce film au moins pour une chose.  C’est aussi la première fois au cinéma que la dulcinée du Joker apparait. Une prestation remarquable.

boomerang jaiJai Courtney (Digger Harkness alias Captain Boomerang). On a beau cracher sur lui, cet acteur peut parfois surprendre. Ici, en tant que Captain Boomerang « parce qu’il balance des boomerangs tranchants), l’acteur est charismatique, classe, bête et lâche. Le seul personnage du groupe à ne pas être dérangé. Quoique….

killer crocAdewale Akinnuoye-Agbaje (Waylon Jones alias Killer Croc). Atteint d’une maladie rare de la peau qui l’a fait prendre l’apparence d’un crocodile qui a décidé de vivre dans les égouts. Autant le look passe, autant pour le reste, c’est moyen. Sa voix inaudible (c’est un humain/crocodile mais faut pas charrier) et cette idée saugrenue d’en faire un fan de hip hop, ça passe très moyen.

amanda waller

Viola Davis (Amanda Waller).  Ca passe super bien, choix parfait de l’actrice. Personnage mystérieux, détestable mais aux motivations justifiées, un excellent travail et développement a été fait.

enchanteresse claraClara Delevingne (Juna Moone alias Enchanteresse). Pour elle, c’est assez contradictoire. L’actrice interprète une jeune archéologue possédée par un esprit démoniaque. A croire que c’est le costume qui fait que l’actrice est meilleure. En tant qu’humaine, l’actrice est simple, en tant qu’Enchanteresse, elle fait froid dans le dos, mais dans sa deuxième forme physique, plus soft, ça casse tout.

rick-flag joelJoel Kinnaman (Rick Flag) . Ancien militaire sollicité par le gouvernement pour prendre la tête de cette équipe de super vilains. Tensions à prévoir, surtout entre lui et Deadshot. Très bon jeu de Kinnaman après nous avoir livré une prestation très intéressante dans Night run où il donnait la réplique à Liam Neeson.

el diablo

Jay Hernandez (El Diablo) . Ce personnage aux tatouages morbides est capable de manipuler le feu. Encore un autre personnage intéressant de par sa psychologie bien développée.

katanaKaren Fukuhara ( Tatsu Yamashiro alias Katana) . Aucun reproche pour cette actrice qui n’en fait pas des tonnes, est assez discrète mais fait des ravages lorsqu’elle décide de parler. Cette Japonaise, adepte des arts martiaux est capable avec son Katana d’emprisonner l’âme de ses adversaires et les invoquer quand elle le souhaite. Ce personnage assistera même Batman dans les comics et aussi dans l’animé Beware the Batman.

 

Bien parti pour au final sombrer dans les méandres du quelconque

 

Suite directe de Batman V Superman, Suicide Squad était l’évènement attendu par de nombreux fans de l’univers Dc Comics. Plutôt que de raconter une énième histoire mettant en scène un super héros, Dc et les studios Warner ont décidé de prendre un pari plutôt culotté (et suicidaire ?) de mettre en tête d’affiche non pas un nouveau super héros mais des super vilains. Nommé Suicide Squad, se groupe composé de criminels et méta humains( dotés de super pouvoirs) avec Harley Quinn, Captain Boomerang, Killer Croc, Deadshot, Enchanteresse, a eu soit affaire à Batman, soit Superman, soit Flash. Suicide Squad était au départ un comics sorti en 1959 puis reprit en 1987. En 2014, sortait Batman assault on arkham, film d’animation retraçant les débuts de ce groupe dont le but était ici d’infiltrer l’asile d’Arkham (asile enfermant entre autre le Joker) afin de restituer des informations importantes à Amanda Waller.

debut suicide

Sort cet été la version filmique. Après le récent anti héros/ Super héros/bad boy de Marvel : Deadpool, place à des personnages mal élevés, sans aucun scrupules qui peuvent à tout moment quitter leur groupe ou dévaliser une boutique parce que c’est des méchants. Les pauvres prennent déjà beaucoup sur eux en étant forcés de travailler pour le gouvernement. Gouvernement qui a eu la brillante idée, pour les forcer à travailler pour eux de leur injecter une puce explosive et commandée à distance. Pas de risques qu’un petit malin se fasse la malle pendant la mission.

debut fun

Premier acte dynamique, exceptionnel et convaincant, la première heure de notre film partait très bien. Une biographie originale en guise de présentation de nos personnages permettait déjà de ressentir à la fois du fun et à la fois l’aspect déluré sous amphet de certains de nos héros, le tout, accompagné par un petit lot de surprises se mettant à pleuvoir devant les fanas du genre. Même si on ressent du favoritisme par rapport à certains personnages comme Deadshot et Harley Quinn, on apprécie le traitement des autres qui ne seront heureusement pas mit de coté.  Hélas, on ne sait pas pourquoi, le film, lentement mais surement commence à voir son scénario se calquer sur les films de super héros sous fond de fantastique que l’on a déjà vu et revu. Ça sent à la fois Deadpool (avec une faible vulgarité), à la fois Avengers pour ses vannes, tout en étant sombre et trop sérieux. Faut choisir. A croire qu’on change de film en cours de route.

suicide effets

Trop d’effets spéciaux dès la deuxième partie (bouh le vilain design du frère d’Enchanteresse), trop de combats parfois brouillons, pas de plans mémorables, trop de clichés sur la famille et l’amour qui n’ont rien à faire dans ce film, l’amusement de la première partie est vite gâché. Les défauts, Suicide Squad les accumule. Certains acteurs ont un jeu forcé (Clara Delvingne en tête), la bande son trop axée rap/Hip hop gâche l’ambiance fun et sombre. Dc Comics ne se serait pas hip hopiser?

suicide crepusculaire

Suicide Squad a néanmoins de bonnes intentions comme du coté de sa mise en scène efficace, nerveuse à l’esthétique tout droit sorti des comics et crépusculaire des réalisations de Zack Snyder (Man of Steel, Batman V Superman), le look fidèle des personnages, les références à l’univers Dc avec des références sympathiques à l’animé du Batman de 1992, la dynamique des membres du groupe, ou bien son action très présente. Ca explose, ça tire de partout, ça se laisse regarder sans aucun problème. On peut encore moins reprocher au film de ne pas vouloir nous offrir autre chose que ce qu’on a eu l’habitude de voir. Mais voila, sans avoir fait des études de cinéma, on sent que ça a été remanié et que le réalisateur du film n’a pas eu son mot à dire. La Warner a prit de nouveau peur depuis les critiques négatives acharnées de son film précédent et remet encore le couvert ici. Les studios Warner ont-ils encore décidés de supprimer le meilleur ? Doit-on en conclure qu’une version longue non censurée de Suicide Squad sortira dans les bacs comme ça a été le cas pour Batman V Superman ?

Jared Leto, nouveau Joker

 

On nous a survendu le Joker. Au départ, on nous disait que le Joker serait différent de toutes les interprétations que le personnage a pu avoir dans le passé. Difficile de ne pas avoir peur, surtout après la prestation incroyablement bluffante d’Heath Ledger dans le Dark Knight de Christopher Nolan. Après Cesar Romero dans la série Batman de 1966, Jack Nicholson du Batman de Tim Burton, et donc, The dark Knight avec le regretté Heath Ledger, c’est Jared Leto qui prend le relais. Première photo officielle et c’est déjà la petite douche froide. Notre pauvre et élégant Monsieur J  ( le surnom qu’Harley Quinn donne au Joker en plus de Poussin) est devenu une sorte de pseudo Marylin Manson. Ce n’est qu’une photo, attendons de voir l’acteur en action. La première bande annonce prouvait que même si le nouveau look du personnage était différent de ces prédécesseurs, l’interprétation, elle, semblait intéressante.

joker movie

Malheureusement dans le film, on retourne sur notre premier apriori à savoir : la première photo du super vilain. 8 ans qu’on n’avait pas revu le personnage. Notre Joker méritait donc une entrée fracassante. Et bien NON, son entrée sera aussi quelconque que cette nouvelle interprétation.  Face à nous, le Joker se la joue gangsta un peu trop bling-bling à mon gout qui par-dessus le marché, est devenu une sorte de proxénète. Terminé le Joker farceur, terminé le Joker qui tue pour s’amuser, qui inquiète, place à un Joker sadique qui se l’a joue racaille. Pauvre Joker, voila à quoi on t’a réduit. Réduit à quelques apparitions par ci par là, ne comptez pas voir le personnage dans la totalité du film.  Comme si ça ne suffisait pas, la version française est une vraie catastrophe ne faisant pas honneur au personnage. Rien à dire du coté du rire sadique du clown, seul atout de cette nouvelle interprétation. Si vous étiez venu voir le film pour ce personnage, gare à la déception de taille. Ca n’augure rien de bon pour la suite de ce personnage important qui sera sans aucun doute présent dans d’autres films Dc.

Fun ou pas ?

 

On se plaignait de Batman V Superman son coté trop sérieux et sombre comportant trop peu de blagues. Dc, face à cette critique a dû réviser ses plans en cours de route. Alors que le tournage de Suicide Squad était terminé, il fallut retourner quelques scènes afin de rajouter un peu plus d’humour et de fun. Résultat, autant certaines blagues sont bien trouvées, autant pour le reste elles sont foireuses et maladroites, tout comme certaines scènes supposées « fun ».  Ça sent le rajout de dernière minutes. Sa bande annonce haute en couleur, complètement décalée, accompagnée du très bien trouvé Bohemian Rhapsody du groupe Queen nous avait vendu du rêve.  Vous ne retrouverez pas ça dans le film. Suicide Squad est trop sérieux malgré ses nombreuses répliques parfois drôles.

deadshot suicide

Tout comme leur ennemis les super héros, nos super vilains devront se battre contre leur passé torturé ayant fait d’eux ce qu’ils sont à présent. Dans cette équipe, on se rendra compte qu’ils s’entraident. Humaniser nos supers vilains ? Quelle drôle d’idée même si ça peut permettre de justifier leurs actions. Malheureusement, même si ça part d’une bonne intention, en faisant ça, on dénature et les personnages, et ce pourquoi le film a lieu d’exister : faire autre chose qu’un film de super héros. Des super vilains pas si vilains que ça, devenus presque des super héros? Dans le fond, l’idée n’est pas mauvaise mais ça reste trop similaire à ce qu’on a déjà vu au cinéma.

suicide squad fin

Film ne subissant qu’un avertissement, Suicide Squad est trop gentillet avec l’effet de censure trop visible. Même Batman V Superman était plus violent. On s’attendait à retrouver l’aura de la version comics ou même dans le Batman Assault sur Arkham (une autre interprétation de ce groupe de super vilains). En gros, ce film est l’Expendables 3 (film ayant perdu de son charme à cause de sa classification tout public) du super vilain. Pourquoi ne pas avoir fait comme pour Deadpool qui malgré son histoire un peu fade, était à la fois fun, violent et fidèle à sa version papier ? David Ayer qui autrefois se lâchait en nous livrant des films vulgaires, choquants et violents c’est visiblement assagis pour ce film. Pile quand on voulait justement qu’il fasse comme d’habitude.

Au final, Suicide Squad déçoit, frustre, attriste devant tant de potentiel réduit à néant. Parti sur de bonnes idées, le film au départ fun et déjanté, tombe dans le film de super héros classique humanisant ses supers vilains. Comme si le réalisateur avait perdu le contrôle de son film en cours de route, son Suicide squad devient un blockbuster sympa mais très vite oubliable. Seuls Margot Robbie, Will Smith, Jai Courtney, Viola David, Joel Kinnaman, quelques blagues, l’introduction brillante et le look fidèle des personnages remontent un peu le niveau de cet accident cinématographique. Après les trop injustes critiques négatives de Batman V Superman, Suicide Squad est bien parti pour subir le même sort, pire, risquerait de plonger encore plus bas Dc Comics qui a pourtant prévu de futures grosses sorties dès l’année prochaine. Restez pendant le générique, une jolie scène post générique annonce du lourd pour les prochains mois à venir (ai-je parlé de Justice League ?).

 

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.