Jane got a gun: Elle a fui toute sa vie, elle doit faire face

jane got a gun afficheRésumé du film

Jane est une jeune femme mariée à Bill, l’un des bandits de la pire espèce. Lorsque celui-ci décide de leur tourner le dos, les frères Bishop décident de l’abattre. Parvenant à s’échapper, Bill rentre chez lui, agonisant à cause des balles prises dans le dos. Décidant de ne pas se laisser faire et empêcher les Bishop de finir le travail, Jane troque sa robe contre un pantalon et un revolver. Seule, la jeune femme n’a aucune chance et décide de demander de l’aide à son ancien amant, Dan dont la jalousie, la haine et la colère envers Bill ne seront pas d’une grande aide pour Jane. Seulement, l’amour que Dan porte à Jane est toujours là, plus fort que la jalousie. Ensembles, Jane et Dan élaborent des pièges disposés tout autour de la maison de la jeune femme afin d’attirer et se débarrasser une bonne fois pour toute des frères Bishop et leur bande.

 

Infos sur le film

Réalisé par Gavin O’Connor

Avec Nathalie Portman, Ewan McGregor, Joel Edgerton

Genre : Western, Drame

Film Américain

Durée du film : 1h38 environ

Avertissement : Des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs.

 

 

La jolie Nathalie Portman revient dans un genre où l’on ne l’avait jamais vue, le Western. Dans Jane got a gun, l’actrice incarne Jane, mère de famille déterminée à sauver son hors-la-loi de mari pourchassé par des bandits avec à sa tête, un Ewan McGregor méconnaissable. Quelques semaines après le nouveau Tarantino, Les huit salopards, un autre Western, Jane got a gun tente de ramener dans nos salles de cinéma ce bon vieux Western qui est toujours agréable à voir. Après Warrior, le réalisateur Gavin O’Connor revient avec un western qui sent bon le féminisme.

 

 

Deuxième Western de ce mois de Janvier

 

1jane got a gun

 

Jane got a gun aura connu une production tournant au chaos. Casting remanié sans cesse passant du rôle de Dan Frost, de Michael Fassbender à Jude Law qui intervertira son rôle avec celui de Joel Edgerton jouant au départ le rôle de Colin McCann « qui sera interprété finalement par Ewan McGregor ». Puis, pendant le tournage, la réalisatrice d’origine Lynne Ramsay ne sait pas présentée pendant le premier jour de tournage et fut donc remplacée par Gavin O’Connor. Jude Law décide de lâcher lui aussi le projet ayant signé à la base pour un film réalisé par Ramsay. Pour remplacer Jude Law, beaucoup de noms circulent, Tobey Maguire, Jeff Bridges , Jake Gyllenhaal. C’est finalement Bradley Cooper qui aura le rôle mais, au dernier moment, on apprend qu’il quittera le projet, laissant sa place à Ewan McGregor qui retrouvera Nathalie Portman qu’il avait déjà rencontré sur les plateaux de la prélogie de Star Wars. Le projet continuera à enchainer les problèmes avec le tournage au Nouveau Mexique qui sera reporté de quelques semaines suite au départ de Lynne Ramsay. Les producteurs engageront même des poursuites envers la réalisatrice ne se présentant pas le jour du tournage. Son comportement vis-à-vis de l’équipe du film a également été visé par la production. Fraude, rupture de contrat, sous influence d’alcool, il sera demandé à Ramsay de rembourser son salaire et payer les dommages et intérêts. Suite aux attentats du 13 Novembre en France, la sortie du film sera décalée d’un mois. Le 27 Janvier, notre film sort donc sur nos écrans. Après tout ces chamboulements, le film est-il de qualité ?

Rien de nouveau à l’horizon

 

_TFJ0048.NEF

 

Après Les huit salopards, il était très difficile à un autre film du genre Western de passer derrière. Jane got a gun a de très bonnes idées mais au final, on s’aperçoit que c’est trop classique avec une mise en scène très paresseuse. On essayera de moderniser le film en y incrustant par ci par là des flashbacks racontant le passé de nos protagonistes mais le problème c’est qu’ils n’apporteront pas grand-chose à l’histoire. Pendant plus d’une heure, le film traine. Même s’il y aura quelques scènes d’action pour dynamiser un peu la lenteur, il faudra attendre une bonne heure avant d’avoir des séquences de gunfights et un scénario relevant un peu la barre. Pourtant, on nous sort un casting très bon. Nathalie Portman qui adopte dans ce film un rôle de femme forte qui devra prendre les armes et se faire justice dans un monde sans lois. L’actrice a un jeu juste et vous prendra au cœur dans quelques scènes mais malheureusement, la magie n’opèrera pas comme elle l’aurait dû. On sent de la retenue dans certaines scènes qu’elle partage avec Joel Edgerton. Pourtant, l’alchimie entre les deux est bonne. De son coté, Joel Edgerton qui joue le rôle de l’ex fiancé de Jane, Dan Frost, joue le rôle d’un homme qui a perdu l’amour de sa vie, Jane. Jeu correct même si l’acteur manque d’expressions. Il aura néanmoins des séquences chargées en émotions du coté de certaines scènes dramatiques. Des années plus tard, la jeune femme est mariée et a eu un enfant avec un autre homme, Bill Hammond « joué par Noah Emmerich », un ancien bandit repenti. Seulement, ses anciens partenaires sont bien décidés à le retrouver et le tuer. Notre film commencera donc avec un Bill, criblé de balles dans le dos, retrouvé par sa femme tentant de soigner ses blessures. Elle devra troquer sa robe contre un pantalon et sortir les armes pour stopper les bandits. Mais elle ne pourra pas le faire seule et décidera de faire appel à son ancien amour pour l’aider. Beaucoup de tensions et d’incompréhension seront à prévoir entre les deux anciens amants avec à leur centre, Bill.

Pour Nathalie Portman et rien d’autre

 

5jane

 

Film crépusculaire, sombre, violent, mélancolique, Jane got a gun brise de nouveau le cliché de la femme faible en faisant de notre héroïne une femme brave, courageuse, bien décidée à dégainer plus vite que ce monde dominé par les hommes. Ici, il sera question dans notre histoire de sacrifice et de souffrance. Beaucoup de romance sans basculer dans le mièvre mais même si les acteurs jouent correctement, on ne les sent pas impliqués dans ces scènes devant apporter une grosse touche d’émotion. Le début se concentrera donc sur les rapports entre les deux hommes de sa vie : Bill, son mari actuel qui l’a aidée par le passé et Dan, son ancien fiancé qu’elle croyait mort à la guerre. Nous jouerons donc sur ce triangle amoureux pour enfin se tourner vers ce que l’on attendait depuis le début : une grosse et bonne scène de fusillade. Des scènes de discussions, on en aura, peut être un peu trop et se trainant en longueur. Entre les aller et venue passé et présent, le sentiment de film décomposé se fait ressentir. Les conversations, elles, se succèdent à chaque changement de lieux. Comme pour une pièce de théâtre. Du coup, que reste-t-il d’intéressant dans ce film ? Le jeu excellent de Nathalie Portman d’abord « qui porte magnifiquement la tenue de cow boy », le fait de la voir prendre les armes et se battre avec hargne, l’esthétisme du film bien que classique mais se rapprochant beaucoup d’un film de Western sale avec des décors usés et poussiéreux. Nous sommes face à un Western à l’ambiance sombre et réaliste. Coté musiques, on reste dans le ton du Western avec sa petite touche de drame. Du coté de la narration il y a du bon comme il y a du mauvais. L’idée de flashbacks n’est en soi pas mauvaise, mais ses scènes sont semées un peu partout dans le film où l’on a l’impression qu’elles ont servie de rajout. Ajoutons à cela un Ewan McGregor méconnaissable en brun moustachu et chef d’une bande de bandit qui manque un chouia de charisme et méritait une plus grande présence dans le film.

Une femme seule dans un monde dominé par les hommes

 

DSCF5114.RAF

 

Ce qui restera le plus intéressant c’est de voir de nouveau une femme en premier plan. Après Mad Max Fury road, Mission impossible Rogue nation, Star wars VII, Jane got a gun rentre au club des films où la femme est l’héroïne d’un film d’action. Dans notre film, Jane est une mère de famille qui décide de venger son mari blessé par des hors-la-loi et échange sa robe contre un pantalon et un revolver. Il sera surtout important au film de souligner l’évolution de notre héroïne qui découvrira la force qu’elle a en elle et qu’elle est capable de réussir à s’en sortir sans le soutient d’un homme pour survivre. Car même si elle demandera de l’aider à son ancien amant, vous pourrez voir qu’elle se débrouille bien mieux seule. Notre héroïne en a bavé et nous le verrons dans les diverses flashback nous contant son passé. Mais, même dans le présent, la jeune femme continue de souffrir malgré sa vie paisible. Vie paisible qui tournera rapidement au cauchemar. Jane got a gun essayera tant bien que mal de trouver l’équilibre entre le Western et le mélodramatique. Malheureusement, l’équilibre a du mal à se trouver et on se retrouve entre deux chaises en ayant devant nous une mise en scène sentant la panne d’inspiration. Les plans ne changent pas vraiment, seule la scène de fusillade en huit clos vaut tout son pesant d’or. Petit problème : ça a déjà été vu dans le récent Western, les Huit salopards. On lorgne de plus à certains moments romantiques vers de l’opéra « franchement la scène de flashback où Jane coure au crépuscule dans un champ de blé avec son ancien amant est un peu dépassée et kitsch au possible ».

Pour conclure

 

3jane

 

Au final, Jane got a gun déçoit par son coté trop classique et son scénario paresseux et bien trop simpliste. Les acteurs sont certes excellents mais ce casting quatre étoiles ne suffit pas à nous captiver. Les scènes présent et passé sont trop nombreuses et n’apportent finalement pas grand-chose au film, la mise en scène n’est pas assez bien travaillée « même si certains jeux de lumières sont très bons » tant et si bien que parfois, on sent le coté un peu trop théâtral prendre forme. Pour le reste, le film devrait plaire aux fans de la magnifique, la rayonnante, la sublime Nathalie Portman mais aussi au Western soft contrairement à la boucherie qu’est Les huit salopards. Les quelques séquences de gunfight sont assez réussies. Le changement du coté de la réalisation et de la mise en scène pendant le film se fait ressentir très souvent et risque de bloquer le spectateur. Pas assez de prise de risques, trop timide, du bon voir du mauvais, tantôt intime, tantôt grondant presque comme un blockbuster, Jane got a gun est vraiment ce qu’on appelle un film maudit. Pourtant, ce n’est pas du Terry Gilliam !

 

 

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.