Franck Dubosc / Kev Adams: duo drôle et attachant

posterRésumé du film

Depuis qu’il a l’âge de 7 ans, Alex est amoureux de Sandra Valenti. Les années ont passées et Alex n’a jamais réussi à l’aborder, perdant tout ces moyens quand elle est en face de lui. A 20 ans, il décide de mettre toutes les chances de son coté et obtenir les conseils de séduction d’un écrivain Antoine Chamoine qui, 20 ans auparavant avait séduit la mère de Sandra : Monica.

Infos sur le film

Réalisé par Pascal Bourdiaux

Avec Kev Adams, Franck Dubosc, Nora Arnezeder, Valérie Benguigui

Genre : Comédie

Nationalité : Français

Durée du film : 1h30 environ

fiston244866

Introduction

J’avais beaucoup d’appréhension avant même d’allé voir le film. Premièrement, après avoir vu la bande annonce j’étais très septique. Ensuite voir Kev Adams qui m’insupporte au plus haut point dans la série Soda n’arrangeait pas les choses. Ne restait que Franck Dubosc qui a le don de me faire mourir de rire. Je suis donc allé voir Fiston sur la pointe des pieds. Qu’elle ne fut pas ma surprise en ressortant de la salle. J’ai été stupéfait. Décidément les films français ont vraiment bien changés. Les comédies se rapprochent de plus en plus des bonnes comédies que les américains font « pas toutes ». Non seulement c’est très drôle mais les blagues sont aussi très bien recherchées. La réalisation est très bonne. Que dire du casting du film ?

               Fiston_portrait_w858

Kev Adams : comédien à suivre de très près

Quand on compare son jeu d’acteur dans Fiston à celui de la série Soda, il y a une grande marge. Je ne trouve pas Kev Adams spécialement drôle même si certaines de ses blagues sont drôles. Ce que j’apprécie particulièrement chez ce jeune homme c’est qu’il est sincère. Il ne se prend absolument pas pour une star. Ne se trouve pas spécialement beau. Lui-même le disait dans une interview. Il se trouve banal. Malgré tout, dans Fiston, j’ai remarqué une chose : Le jeu de Kev Adams est sincère, honnête. Un personnage très attachant auquel les plus jeunes et les plus vieux peuvent s’identifier. C’est que j’apprécie énormément chez ce comédien. Il garde les pieds sur terre malgré le succès qu’il a. Un jeune homme respectueux. Il n’en fait pas des tonnes tout comme Franck Dubosc. Je dis donc stop aux préjugés. Kev Adams ce n’est pas que pour les midinettes de 11 ans. Même moi qui suis âgé de 30 ans, j’ai pris beaucoup de plaisir à voir les débuts de ce comédien qui serait tout aussi bon dans une comédie que dans un film plus dramatique. Après tout, il a le droit de faire ces preuves et le droit d’avoir une chance tout comme d’autres comédiens et comédiennes ont eu.

52cabac7d060b

Une comédie remplie de bons sentiments

Il est très rare pour une comédie française de m’émouvoir, d’être attaché aux personnages. Le but premier étant de faire rire. On ne rit pas seulement dans le film. On suit avec vive émotion le parcourt d’un jeune homme qui n’a pas confiance en lui. Un jeune homme qui n’arrive pas à avoir d’amis et surtout qui n’arrive pas à trouver le courage d’avouer son amour à la fille qu’il aime depuis qu’il a 7 ans. Grace à Antoine « Franck Dubosc » on va voir qu’il va prendre peu à peu confiance en lui. Très belle alchimie entre Kev Adams et Franck Dubosc. Le duo fonctionne à merveille. L’apprenti et le maitre, le père et le fils. On a cette sensation de lien père-fils qui commence à se dessiner à mesure où le film avance. Pourtant, le début nous montre le contraire. Le film est très bien construit. C’est touchant, émouvant et très drôle. Malgré tout il parait très court. Il ce passe beaucoup de choses et il y a une forte évolution des personnages principaux. Une comédie n’est pas censée être intelligente, elle est censée être drôle sans pour autant être lourde. J’imaginais avant même la projection que l’humour serait lourd. Je m’étais lourdement trompé. Tout pars d’un bon sentiment et c’est ce qu’il m’a le plus plu dans cette histoire. Pas trop de clichés sur le jeune. On parle aussi d’un jeune homme qui idéalise une jeune femme qu’il ne connait pas vraiment puisqu’il ne l’a jamais abordé. On assiste du coup à un amour imaginaire. Est-elle vraiment la femme de sa vie ? Le film mise surtout sur la remise en question de soi même, les premiers amours, les choix, notre destin.

253149 cine3 dubost-adams

Franck Dubosc : charmeur de ces dames

Humoriste qui depuis quelques années c’est tourné vers le grand écran, Franck Dubosc, qu’on aime ou qu’on n’aime pas joue particulièrement bien dans Fiston. Un acteur loin d’être désagréable dans la vie de tous les jours. Disponible pour ses fans, jamais pressé, toujours le sourire. Malgré le fait qu’il a toujours des rôles de beaufs, il parvient toujours à rendre les personnages qu’il interprète touchant. Toujours aussi charmeur, il campe dans Fiston le rôle d’Antoine Chamoine, un écrivain qui vit coupé de tout le monde. Alex apprend son existence par un professeur et décide de lui demander de l’aide pour avouer ces sentiments à la fille qu’il aime. Des débuts très laborieux. Antoine ne voulant absolument pas l’aidé. Puis, de fil en aiguille, ce dernier accepte. C’est là qu’on part dans des séquences vraiment drôles. On assiste à un début où le film Karaté Kid est la référence utilisée. Mais alors quel rapport avec les conseils de drague ? Vous le verrez. La mise en pratique est vraiment très drôle avec des scènes où Alex doit aborder une fille. La timidité étant présente, la maladresse ne va pas l’aider. Puis, petit à petit, le personnage prend de l’assurance. On apprendra aussi beaucoup de choses sur le passé d’Antoine. Pourquoi vit il coupé du monde, pourquoi semble t il caché ces émotions. On fini par s’attacher au personnage et voir que sous ces airs d’homme sur de lui, ce cache un homme brisé par le passé et qui vit toujours dedans. Il va finalement s’ouvrir un peu au personnage d’Alex et va, petit à petit, être une sorte de père pour lui. Encore une fois, on voit une très belle alchimie entre Dubosc et Kev Adams. Comme si ils se connaissaient depuis toujours. Valérie Benguigui qui interprète la mère d’Alex a un rôle plus ou moins important. Une mère qui a du mal à communiquer avec son fils.

10032014_fiston_r4fiston-d9d6-diaporama 0

Une très bonne comédie avec supplément bêtisier pour finir en beauté

Le film commence calmement. On nous présente Alex quand il était enfant, puis à l’âge de 15 ans « les boutons d’acné et l’appareil dentaire inclus », à 18 ans et à 20 ans avec, à chaque fois des séquences drôles où on le voit l’air idiot en regardant la fille qu’il aime. Certains trouveront le début lent, d’autres non. On pourrait déjà ce dire qu’on sait comment le film terminera. Surprise, il ne ce termine pas comme on l’aurait pensé. Attendez vous donc à une grosse surprise. Les répliques sont à mourir de rire et arrivent à faire mouche. Autre chose à retenir, c’est un film tout public et malgré la vulgarité, rien n’est malsain au niveau des blagues. A noter aussi un excellent bêtisier en fin de film. Bêtisier vraiment très drôle qui nous montre que Franck Dubosc a du refaire pas mal de prise. Nous verrons aussi un petit hommage à l’actrice Valérie Benguigui qui nous a quittée en septembre 2013 à l’âge de 47 ans. Fiston est donc sa dernière apparition au cinéma. Pour conclure, j’ai trouvé Fiston vraiment très bon sur tous les plans. De très bons acteurs qui n’en font pas des tonnes, de bonnes musiques, une très bonne histoire, des répliques et des scènes très drôles. Profitez du printemps du cinéma jusqu’au mardi 18 Mars pour allé le voir.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.